Tout commence par un appel, un appel intérieur.
Qui devient insistant.
Comme une évidence.

 

Le cerf connaît bien le bois, la forêt.
C’est son univers habituel.

Pourtant un « je ne sais quoi » le pousse ailleurs.
L’envie d’explorer autre chose, de découvrir d’autres territoires, de co-créer avec d’autres hardes ou tribus…

Il n’y va pas tout seul.
Il n’est pas solitaire.
Ca n’a pas de sens pour lui d’être seul.

 

Alors il rencontre son co-équipier.
Celui qui va le challenger, l’aider à évoluer, à se (re)connecter.
A devenir cet être si original, si sacré !